Motos d’égoïstes

C’est une belle photo en noir et blanc, mode vintage oblige. On y voit une belle moto, et un beau couple. Etrangement, les regards divergent, comme si chacun était dans son propre trip. Barbe bien taillée, chemise de bûcheron et jean retourné comme il faut, le garçon arbore la panoplie réglementaire du hipster. Présentement, il est plongé dans la contemplation de son bouchon de réservoir de fabrication artisanale, qui lui a coûté un bras. Le droit, pour être précis.

La fille, elle, sur la moto n’a pas sa place. On dirait qu’elle vient de réaliser que le cul de selle tronqué ne lui permettra en aucun cas d’y poser le sien (qu’on imagine gracieux et délicat, by the way). Plus vraisemblablement, elle est en train de se demander ce qu’elle fout sur cette photo. Question mais trop facile, je sais.

Même en dehors du cas particulier des prépas, comme ici, les motos d’égoïstes (= livrées avec une confortable selle mono, épicétou) tendent à se multiplier : BMW nineT Scrambler, HD Sportster 883 et Forty Eight, Royal Enfield Classic, Indian Scout actuelle, Victory Octane (pour ceux qui ont eu le temps d’en acheter une) (1), nouvelle Triumph Bobber… Parfois, comme chez HD, les repose-pieds arrière eux-mêmes sont en option. Bien sûr, il y a le plus souvent, en option également, un pouf, voire de vraies selles additionnelles. Mais cela ne permet guère qu’un dépannage.

Les plaisirs égoïstes et le « tout pour ma gueule » sont dans l’air du temps. Mais le marché n’entérine-il pas aussi le fait que les filles, lasses de jouer les utilités en forme de sacs de sable, préfèrent maintenant rouler avec leur moto ?

Photo DR. Merci à S.

> Voir aussi
Les filles à moto
— Les filles à moto (2)

Note
(1) Le groupe Polaris, propriétaire de la marque, a décidé la cessation de la production des motos Victory afin d’assurer la survie des autres marques du groupe, notamment Indian (communiqué publié en janvier dernier dans la presse moto).
La maison-mère s’est engagée à assurer le suivi de l’entretien et des pièces détachées des Victory pendant encore dix ans.

Publicités
Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour Motos d’égoïstes

  1. Florence dit :

    En effet, une vilaine atmosphère se dégage de cette photo…

  2. Reynald dit :

    Tiens ça me fait penser aussi à ces dizaines, ces centaines, ces milliers de saluts sur la route entre nous, les gens motorisés si sympas, et au hasard d’un plein, d’un arrêt et autres « sur place », plus rien de concret; les gens motorisés ont perdu leurs bras sans parler de leurs langues; le regard fixé sur leurs superbes machines, à espérer que tout le monde les admire…

  3. Philippe dit :

    Ton billet m’a bien fait marrer.
    J’aime beaucoup ton analyse de cette photo…
    Je confirme ta conclusion : « les filles… préfèrent rouler avec leur moto. »
    Et dans ton billet Les filles à moto (2) il me semble aussi bien connaitre ce « couple ayant acheté ensemble exactement la même moto (une bien belle machine, du reste) ».
    Amicalement

  4. Roux dit :

    Remarquons également l’absence de rétro ce qui laisse supposer que seul compte ce qu’il y a devant et que les perdants (les usagers de la route à l’arrière) ne valent même pas le coup d’œil.
    Quel homme volontaire, quel gagnant…
    Je note également le Thermos decath placé façon gourde cow-boy quand on sait qu’il va sûrement boire attablé à la terrasse d’un café (en commentant avec ses amis bûcherons le bouchon de son réservoir), à moins que cela ne lui serve de litre d’essence de la dernière chance après avoir asséché sa réserve car là où il roule il y a peu de stations service (c’est vrai en ville il y en a de moins en moins).
    Quant à la demoiselle son étonnement dénote son appartenance à l’ancienne génération de femme de motard celle à qui son amoureux de rider mettait en avant la double place pour justifier le caractère utilitaire de la dernière GSX.R à 1 cheval le kilo. Double place permettant effectivement à la contorsionniste du cirque Gruss de faire la passagère durant 3 Kms avant la prochaine crampe. De toute façon il valait mieux pas qu’elle soit la passagère, avec ses basquettes, son jean’s, sa doudoune synthétique, son casque jet et sans gants ; de son pilote en combinaison cuir aux couleurs de la marque avec les bottes renforcées en titane, le casque en carbone et les gants de grand prix qui après deux trois wheeling se rend compte qu’il y a comme un changement… disons de déplacement de centre de gravité. Ah oui la passagère !!
    Au moins aujourd’hui c’est clair : t’as pas ta place.
    Je conseille donc à mademoiselle de ne pas demander à l’homme de sa vie de changer de moto mais plutôt de changer de bonhomme.
    Pour ma part j’ai une bullet à deux vraies places. N’y voyez aucun appel du phare à la délaissée de la photo car cette place est occupée par mon épouse pour qui j’ai adapté un siège identique au mien, le précédent ne seyant pas à son séant.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s