Téléphone au volant, la mort au tournant

Filet Billet_685_bleu3_OK Avant, quand on était machos, on disait : « La femme au volant, la mort au tournant ». C’était idiot, mébon, on était jeunes, aussi. Idiot et statistiquement faux : pour plein de raisons, les femmes sont moins dangereuses que les hommes au volant, la principale étant qu’elles n’ont rien à prouver, elles, dès lors qu’elles en ont un entre les mains. De volant.

danger-telephone_171Pour le motard lambda et pas trop beta, ça n’est pas la femme au volant qui constitue un danger, mais le téléphone. Une femme au volant devient dangereuse quand/parce qu’elle téléphone, mais le genre ne fait rien à l’affaire.

De la position « surplombante » qui est la nôtre à moto, il est facile de les voir à l’oeuvre, les lascars. Et à en juger par le nombre affolant de pratiquants, la probabilité de se faire prendre la main dans le portable en conduisant doit percuter le zéro absolu – en dehors des grandes villes s’entend. De la dangerosité de la pratique, on ne va même pas discuter, mais on voudrait faire un sort à l’argument « Bah, en fait, moi, j’ai un téléphone mains libres, si tu veux ». Cet argument est fallacieux. Bidon, si l’on préfère.

Ce qui est dangereux, ça n’est pas l’occupation des mains, encore qu’elles soient assez utiles pour actionner certaines commandes (la voiture autonome, ça n’est pas pour tout de suite). Ce qui est dangereux, c’est la dispersion d’attention engendrée par le fait de brancher son cerveau sur celui d’un interlocuteur distant. C’est essayer d’être, en même temps, dans deux lieux à la fois – et c’est pourquoi téléphoner présente nettement plus de risques que discuter avec un passager, par exemple, contre-argument souvent entendu. Chacun sait, ou devrait savoir, qu’on ne peut être à la fois au four et au moulin.

Une étude récente montre ainsi que téléphoner au volant, même avec un kit mains libres, c’est perdre 30 % de son attention. Uuuuh ! Relativement à ceux qui arrivent en face comme à ceux qui s’apprêtent à vous dépasser, 30 % d’attention en moins, ça en fait des informations qui échappent ! Et l’on peut faire le pari que dans ces 30 %, les usagers de la route à deux roues, les plus « discrets », ceux qui impactent le moins le champ visuel même avec leur phare allumé, sont en bonne place.

À la mauvaise, plutôt.

Illustration : motocollant diffusé par la FFMC.

Publicités
Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Téléphone au volant, la mort au tournant

  1. Roux dit :

    La conversation téléphonique est une réalité mais que dire du SMS lu ou envoyé, du surf et du jeu type candy « crash » ? Ne pas être là où l’on est ou être là par le prisme de son écran, ne pas être avec ceux avec qui l’on se trouve, tel est l’avenir ? À force de vivre par procuration ils risquent de ne pas avoir vécu et d’avoir eu une data Life. Tous les matins j’observe les zombies aux visages bleutés et aux oreilles bouchées par des fils, plus ils sont automatisés par leurs applications plus je me sens libre…

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s