Sous les acacias

Filet Billet_685_bleu3_OKOn aurait dit la fin d’une keynote de Steve Jobs : « Ah oui, juste une dernière chose ! », m’avait lâché le concessionnaire quand j’étais venu prendre possession de ma nouvelle moto : « Evitez de la laisser au soleil ! » J’ai cru qu’il blaguait, et failli lui dire : « Mais je ne me sers de ma moto que quand il y a du soleil », ou quelque chose comme ça… Bon, ça n’est pas tout à fait exact, comme je l’explique ici. Mais (re)disons que je préfère le soleil à la pluie, être en bonne santé que malade, que la serveuse du bar soit belle et rebelle plutôt que moche et remoche, et tutti quanti, comme on dit au pays des Guzzi.

Il blaguait pas : « Oui, le noir mat, au soleil, ça devient brillant ! » Ceux qui ne sont pas brillants, c’est les peintres de Mandello del Lario, pour n’avoir pas pensé à ça ! Ils veulent ne vendre leurs motos qu’en Belgique, ou bien ? (1)

J’ai donc commencé à garer ma moto plutôt à l’ombre, tout en me souvenant que parfois, ce qui tombe des arbres est pire qu’une éventuelle altération de la peinture par le soleil.

LE COMTE DE NICE EN IMAGESEt j’ai repensé à cette sortie avec A., dans l’arrière-pays niçois. Jeune permis de 55 ans, il découvrait les joies de la moto, et j’avais fait fort ce jour-là, en l’entraînant pour dormir vers cette auberge d’un joli village perché, au dessus de Puget-Théniers.

Tout avait été parfait. Pour la nuit, comme on ne pouvait pas laisser les motos devant l’auberge, dans les ruelles archi-étroites de ce village « de caractère », on les avait redescendues dans le grand parking collectif, seul espace à peu près plat et stable. Sous les acacias.

Nuit agréable, météo parfaite, p’tit déj’ copieux et délicieux.

« Au fait, vous les avez mises où, vos motos ? » nous a demandé l’aubergiste, en nous apportant le supplément de café. On lui dit, et aussitôt elle fait la grimace :
« C’était pas une bonne idée : en cette saison, il tombe des acacias une sève très collante, vos motos vont être toutes tachées. Vous devriez les laver tout de suite ! »

Pas glop ! Et pourquoi elle nous avait pas dit ça la veille, la gentille aubergiste ? Pour se rattraper, elle s’est dépêchée de nous amener cuvette, eau savonneuse et éponges (m’est avis qu’on n’était pas les premiers à se mésaventurer ainsi).

Avec précision je nous revois devant l’auberge, savonnant énergiquement nos motos enduites en effet, du garde-boue avant au feu rouge, d’un truc gluant tout à fait dégoûtant…

De là où il est, j’espère que A., s’il repense à ce moment, s’en amuse autant que moi.

Photo d’origine lecomtedenice.fr

Filet_Note_Billet_Gris3_h10Note
(1) Tout le monde le sait : en Belgique, quand il ne pleut pas, c’est qu’il va pleuvoir…
Hello, G. et N. ! 🙂

Publicités
Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

2 commentaires pour Sous les acacias

  1. GIRARD Alain dit :

    Jolie histoire. Géniale ta photo de première page. C’est où ?

    • jihel48 dit :

      Merci, deux fois. 😉

      La photo de la page d’accueil a été prise l’automne dernier au Col de l’Izoard, versant nord, alors qu’un gros orage se préparait à me recevoir du côté de Briançon. A l’époque, depuis l’Izoard, c’est par Briançon et le Col du Lautaret que se faisait le retour vers Grenoble. Cela semble bien loin…

      PS. Les informations de localisation et de date de la photo de la page d’accueil ont été regroupées dans la page « Photos en-tête », sous cette photo justement (3ème bouton à partir de la droite). On y trouve l’historique de toutes celles utilisées depuis la création de ce blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s