Choses vues au café

Filet Billet_685_bleu3_OKDevant ce café/tabac/journaux/tiercé/quarté/quinté/quinté +/etc. situé dans le Midi moins le quart, je béquille la moto pour une pause-café bien méritée. À l’intérieur, je ne comprends pas d’abord pourquoi cette jeune femme, la patronne, décline hystériquement, afin que nul n’en ignore, tout ce qu’elle a à faire avant la fin de la journée (de quoi occuper quelqu’un une bonne semaine). Je ne comprends pas non plus à qui elle s’adresse, alors que le patron son mari est au téléphone et doit du coup parler encore plus fort, d’autant que le son de la télé avoisine celui d’un Airbus au décollage – soit 130 dB, comme chacun sait. Il raccroche, prend aussitôt un autre correspondant, et ma commande seulement après. On n’est pas plus vulgaire.

Je finis par comprendre que quand la femme ne s’adresse pas à son mari par-dessus une conversation téléphonique et le son de la télé, elle parle (largement aussi fort) à sa petite fille, que le comptoir me cachait. Cette petite fille a mal aux oreilles, ce qui n’a rien de surprenant si elle est régulièrement exposée au niveau sonore ambiant. Il est question d’un rendez-vous chez l’ORL, mais maman ne va jamais pouvoir l’y emmener, avec tout ce qu’elle a à faire. « En plus, on doit être chez ma mère à 7 h ! », se désespère-t-elle bruyamment (comme si ça intéressait quelqu’un). Lui, décidément multitâches et toujours au téléphone, essaie de la calmer, tout en confectionnant mon café sans trop se presser.

145_h240Il me sert, raccroche, prend la gamine (aussi mignonne que ses parents sont quelconques, comme si Dieu avait voulu se rattraper), et la fait marcher sur le comptoir, entre les verres, en la tenant par les mains comme une équilibriste. Elle est très fière. Tant pis si, sur un faux mouvement, elle se fracasse le crâne par terre : le numéro, qui semble bien rodé, doit plaire aux clients. Mais aujourd’hui, c’est peine perdue : les clients s’en foutent, qui viennent de faire la queue pour donner leur argent à la Française des Jeux, et sont persuadés qu’un jour, aujourd’hui sûrement, ils repartiront d’ici millionnaires. Ils ont tous les yeux rivés sur l’écran, pour l’arrivée de la 5ème à Longchamp. De beaux chevaux y allongent la foulée, comme si leur vie en dépendait.

La mère, que ce foutu rendez-vous chez le toubib contrarie prodigieusement, à tue-tête : « Tu es sûre que tu as encore mal aux oreilles, Jennifer ? Tu as vraiment envie d’aller chez le docteur ? » (Elle n’ose ajouter : « Tu sais, il va te faire très très mal, avec toutes ces piqûres et tout », mais elle le pense si fort que Jennifer et moi l’avons parfaitement compris.)

Elle a dit quoi, la gamine, à votre avis ?

*

Je me souviens qu’au siècle dernier, à l’époque de Fournier et de La Gueule Ouverte, quand une sensibilité écologiste commençait à prendre corps dans ce pays, on se demandait (avec pas mal de culpabilité) : quelle Terre laisserons-nous à nos enfants ?

À quelques semaines de la COP 21, ça reste une bonne question. Mais ne pas oublier cette autre, corrélative et bien aussi importante : quels enfants laisserons-nous à cette Terre ?

Le café de la photo n’est pas celui de l’histoire. Et réciproquement.

> Voir aussi
Choses vues dans le sud

Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

3 commentaires pour Choses vues au café

  1. Captain Bertie dit :

    Excellent !

    CB

  2. Quel bien ça fait de lire tes textes emplis de bon sens et qui posent les bonnes questions ! Happy week, Mr Biker.

  3. Etienne dit :

    Il y a des pauses qu’on écourte avec empressement…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s