Embauchez !

Filet Billet_685_bleu3_OKCe jour de début mars, arrêt vers 13 heures pour manger vite fait dans une brasserie et un village touristique des Hautes-Alpes. Une quarantaine (!) de clients, dont pas mal de touristes, c’est une belle journée de pré-printemps. Pour les traiter, un jeune qui ne s’occupe que des cafés, le chef qui encaisse et fait la cuisine (= fait décongeler les plats tout prêts), et une serveuse débordée. Rouge et échevelée, elle galope entre terrasse et cuisine, au bord de la crise de nerfs (de l’autre côté du bord, en fait). M’installe et puis m’oublie. Semble enfin se souvenir de ma présence (« C’est pour manger ? »). Quinze minutes avant, je lui avais déjà indiqué que oui, que ça n’était pas pour jouer au tennis.

piketty_261358972_north_340_netAlors que c’est l’une des premières belles journées de moto de l’année et que les routes sont superbes par ici, prendre une heure vingt pour avaler une salade-chèvre-chaud quelconque et un café, c’est tout ce dont je n’avais pas envie.

Il y a je ne sais combien de millions de chômeurs en France, mais ici comme dans tellement de lieux comparables, on s’empresse de ne pas embaucher. Des fois qu’il faudrait payer un salarié certains jours où il n’aurait pas grand chose à faire. Faut pas déconner non plus : et la loi de maximisation du profit, mmmm ?

Bah, tout cela finira par se réguler, en bonne économie libérale qu’on a, où c’est l’offre et la demande qui font la Loi. A force d’exaspérer par l’attente les clients qui s’arrêtent ici, ils finiront, comme moi, par ne plus y mettre les pieds. Au bout d’un moment, il ne restera plus que pile poil le nombre de clients que l’unique serveuse sera en mesure de gérer confortablement.

C’est beau, le capitalisme.

Publicités
Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

7 commentaires pour Embauchez !

  1. PhiB dit :

    Et oui, un bon pique nique au bord d’une rivière sympa… … y’a pas plus simple et plus sympa ☺

  2. Captain Bertie dit :

    D’où je t’écris (aux Etats Unis) l’on est frappé par le nombre d’employés dans les services et l’extrême division du travail ; dans un tel restaurant il y aurait, outre le patron : la fille qui vous accueille à l’entrée, la serveuse qui vous apporte systématiquement un verre d’eau glacée, celle qui vient prendre votre commande et vous sert (rémunérée exclusivement au pourboire !), le petit gars qui dessert et nettoie les tables et trois cuisiniers… Le resto serait ouvert 7 jours sur 7 et l’on pourrait y déjeuner de 6h30 à 22h en 20 à 25 minutes.

    Je crois que le problème n’est pas le capitalisme (quel pays l’est plus que les USA ?) mais le fait qu’en France il est difficile d’embaucher (cf. toutes les formalités) et quasiment impossible de licencier.

    Cela étant, s’il vaut mieux être client ici qu’en France il vaut peut-être mieux être salarié en France qu’ici… quand on a réussi à trouver du travail.

    Biker Bertie

  3. Gwernhaleg dit :

    Il n’y a en effet qu’en France où on trouve ce genre de situation. Pourquoi ? Des charges sur les salaires les plus élevées au monde, des difficultés à licencier quand l’activité baisse, des règlements quelques fois incompréhensibles dus à notre administration pléthorique.

    Puisque nous sommes sur un blog motard : vous avez vu la situation difficile des petits bouclards spécialisés en réparation. Peu de personnel, coûts horaires élevés, clients qui râlent de fait sur les prix et les délais. Et finalement la clé sous la porte.

    On en arriverait à croire qu’en France, seuls les fonctionnaires sont heureux. Ceci durera jusqu’à ce qu’on arrive… à la situation grecque.

    Oui, vivement l’enfer libéral où les gens ont du travail, ont foi en l’avenir, et sont nettement plus heureux. Il suffit d’aller faire un tour en Angleterre pour s’en apercevoir. D’ailleurs ma prochaine entreprise, c’est précisément en Angleterre que je vais aller la créer. Et là-bas, je suivrai votre conseil : j’embaucherai !

    • jihel48 dit :

      Hum, ce billet qui n’était qu’un billet d’humeur (de mauvaise humeur), sans autre prétention, m’amène toutefois à commenter ces deux derniers commentaires. Non sans avertir le lecteur que ma vie professionnelle a surtout été celle d’un fonctionnaire – nobody’s perfect. Je sais bien que cela va aussitôt dévaloriser mon propos, mais bon.

      D’abord merci pour ces réactions. Ce que vous dites l’un et l’autre est juste, et je ne vois pas qui pourrait aller contre ce constat. Mais entre les pratiques des pays de la libre-entreprise, où « les gens sont nettement plus heureux », où il est très facile de trouver du travail et plus facile encore de licencier (les jeunes Français qui vont travailler à Londres dans la restauration peuvent en témoigner), et celles de la France, où les salariés seraient hyper-protégés et (corrélativement) peu performants, on peut peut-être trouver des « accommodements raisonnables », comme on dit au Québec ? On peut aussi rêver, je sais. Au meilleur des deux mondes.

      Notre code du travail, qui pèse dit-on 1,5 kg et compte 3 400 pages (soit sensiblement comme en Allemagne), est certes perpétuellement revu et augmenté. Mais entre le fort et le faible, la loi ne doit-elle pas protéger le faible ?

      En France les entreprises « croulent sous les charges et sont étranglées par les diktats d’une administration tatillonne ». C’est un Gattaz qui disait cela. Pas Pierre, l’actuel président du Medef, encore qu’il ne s’en prive pas. Mais son père Yvon, à l’époque où il était président du CNPF, dans les années 80.

      Il me semble que du chemin a été fait depuis – dans leur sens. Ce que vitupère d’ailleurs l’opposition (de gauche) au gouvernement actuel…

      • Gwernhaleg dit :

        Si un jour un de vos voyages vous amène vers la Bretagne, je serai heureux de vous recevoir et d’argumenter auprès de vous les bénéfices d’une économie libérale.

        Je vous le dois car je prend un grand plaisir à vous lire, surtout ce voyage à Saint-Jacques. Étant beaucoup pris par mon entreprise, je voyage à travers vous, par procuration.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s