GPS. Globalement Positive Solution

Filet Billet_685_bleu3_OKLes proverbes ont ceci de pratique qu’on peut leur faire dire tout et le contraire de tout : « Tel père, tel fils », mais aussi « A père avare, fils prodigue », etc. (1) Et que dire d’une assertion aussi géniale que celle-ci : « Seuls les imbéciles ne changent pas d’avis » ? Proclamée avec aplomb, elle permet à chacun de dire/faire n’importe quoi et son contraire, sans avoir autrement à se justifier.

Exemple A
« ‘Tain, j’hallucine, t’as été au PC toute ta vie, et t’as voté FN aux Européennes ?

– Bin, si tu veux, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. »

Exemple B
« Après tes deux Harley et tes deux BM, t’avais juré que plus jamais t’aurais une moto à chaîne. Et te voilà sur… une quoi déjà ? une… Bullet !
— Oké, mais seuls les imbéciles ne changent pas d’avis, j’veux dire. »

Exemple C
« Tu disais partout que le GPS, c’était pour les livreurs “du dernier kilomètre” des boîtes de transport, ou pour les chauffeurs de poids lourds qui vont livrer de la charpente métallique dans la zone industrielle de Fos-sur-Mer. Et v’là que t’en as un sur ta bécane ?

— Bien observé, mon gars. Mais tu sais, seuls les imbéciles ne changent pas d’avis. » Etc.

DCIM105GOPROComme beaucoup de vieux motards, et pas mal de motards vieux, le GPS, j’étais contre (en fait, je ne me posais même pas la question). N’avais-je pas effectué quasiment la distance de la Terre à la Lune au doigt mouillé et avec un vieux stock de cartes Michelin ? Avec cette technique rudimentaire et bêtement analogique, n’avais-je pas découvert des routes et des lieux extraordinaires ? Mieux, aujourd’hui encore, ne me flatté-je pas, rien qu’en regardant une de ces cartes, de trouver du premier coup d’oeil la belle route à moto qui va bien ?

Tout ça, c’était la franche et vraie vérité, jusqu’à ce que des êtres chers m’offrent le dernier modèle de TomTom pour moto (le Rider v. 5), avec les mises à jour pour jusqu’en 2075, ce qui devrait suffire à mes besoins. D’abord un peu ennuyé par ce cadeau à cause de ce que dessus, je l’ai surtout pris comme une volonté de leur part de me voir revenir lorsque je pars en voyage, et cela m’a fait plaisir.

TomTom Club
Mon expérience du GPS avait jusqu’alors été celle d’accompagnateur de quelqu’un dont la moto en était équipée, et qui, sans en connaitre toutes les subtilités, lui déléguait le soin de nous conduire à destination. La régularité avec laquelle la machine nous a fait visiter le centre des grandes villes allemandes que l’on voulait contourner, dans les embouteillages et sous une pluie battante, a bien failli me brouiller à vie avec son propriétaire.

Mes premières expériences en solo, avec des résultats du même type, et l’obstination mise par mon GPS à me faire faire demi-tour alors que je savais que j’allais dans la bonne direction, m’ont rendu rétrospectivement plus indulgent. On dit que l’origine de la plupart des « problèmes d’informatique » est à rechercher entre le bureau et la chaise. Avec un peu d’expérience et ayant appris de mes erreurs, j’ai compris que l’origine de la plupart des « problèmes de GPS » à moto se situe entre le guidon et la selle.

Moto et Big Data
Bon, dans le dernier MotoMag (2), un article consacré au « flicage numérique » de nos déplacements (illustré d’une photo de mon TomTom !) souligne que nos GPS, lorsque nous les connectons à un ordinateur, transmettent au fabricant nos données de déplacement – il paraît que c’est écrit dans le contrat de licence d’utilisation du logiciel, comme si on allait perdre son temps à lire ça. L’idée est insupportable, certes. Mais depuis que nous évoluons dans un monde connecté et que nous partageons notre vie avec des objets nomades, la protection de la vie privée n’est plus qu’un beau sujet de débat.

Ce nonobstant, pour de grands voyages ou des rendez-vous en terre inconnue (surtout sans Frédéric Lopez), le GPS est devenu pour moi une solution globalement positive.

Filet_Note_Billet_Gris3_h10Notes
(1) Le lecteur qui croirait (se) reconnaître (dans) ces propos aurait parfaitement raison.
(2) « Monde moto et Big Data », MotoMagazine n° 313, décembre 2014. L’article précise qu’en 2011, « la base de données de trafic provenant des appareils TomTom a été utilisée par la police néerlandaise [pays d’origine de la marque] pour optimiser l’installation de ses contrôles de vitesse ! »

Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

5 commentaires pour GPS. Globalement Positive Solution

  1. GIRARD Alain dit :

    À la phrase massue « Seuls les imbéciles ne changent pas d’’avis », Siné a une réponse également massue et bien sentie : « Oui, mais ce sont les renégats qui le disent. » Super ton billet !

  2. Daniel78 dit :

    Bravo pour ce billet !
    Daniel

  3. Michel dit :

    Dis donc, c’était qui, que tu accompagnais en Allemagne et « en GPS » ???
    Bon topo quand même !!!

  4. Ded le Preux dit :

    Faut vivre avec son temps !
    La méthode de Descartes à bel et bien sonné. J’te fais pas un discours !

    Ded

  5. Etienne dit :

    Des cartes ET un GPS, pourquoi l’un remplacerait l’autre ? Les cartes pour voyager l’hiver, préparer les itinéraires et s’aider à s’endormir le soir de virée et un GPS pour aider à retrouver le chemin de la carte ! Je vais rester à moitié imbécile tout compte fait…

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s