Les Hollandais

Filet Billet_685_bleu3_OKJ’aime bien les Hollandais. Eux, ils aiment beaucoup la France, et en été ils sont nombreux à venir y attraper d’énormes coups de soleil. Mais on dirait qu’ils ne nous en tiennent pas rigueur, et qu’ils considèrent que les coups de soleil, ça fait partie de l’équipement de base du vacancier, comme le bermuda ou l’APN. Ils sont généralement discrets, et disent toujours « Bonjour » et « Bon appétit », mais n’était le contexte, on ne les comprendrait pas (je crois que le français n’est pas une langue facile pour eux). 

Blason2_h245Parfois, ils ont avec eux une brindille de dix-huit ans qui ne sait pas encore ce qu’elle est, et qui promène sur toutes choses un regard poli et indifférent (tout le contraire de ses parents qui, au sommet d’un grand col dans les Alpes ou dans les ruelles d’un village de caractère en Drôme provençale, s’enthousiasment parfois bruyamment). 

Par accident il peut arriver que ce regard croise le vôtre et vienne vous frapper, tel un éclair qui aurait mis moins de temps pour parvenir à vous que le reste de l’image, comme dit Proust à propos de celui d’Oriane de Guermantes. Il vous faut alors une heure pour vous en remettre.

Sur les toutes petites routes blanches et jaunes bordées de vert des cartes Michelin, il y a :

a) des paysans avec des C 15 d’avant-guerre (la première), qui roulent au milieu de la route à rien à l’heure parce qu’ils vérifient les clôtures, de toutes façons c’est chez eux ici, et qui répandent derrière eux des gaz toxiques qui ne vous laissent d’autre choix que de les doubler au plus vite sous peine d’asphyxie. En espérant qu’ils ne tourneront pas à gauche à ce moment-là (le clignotant ? quel clignotant ?) ;

b) des artisans en Ducato, toujours à fond et toujours en retard, c’est d’ailleurs pour ça qu’il sont en train de se faire engueuler au téléphone, même qu’ils aiment pas trop ça. Du coup ils vous pousseraient bien dans le fossé pour vous doubler plus vite, s’ils osaient. Ceux-là, il vaut mieux les laisser passer, des fois qu’ils se mettent à oser ; 

c) moi ;

d) des Hollandais, et leur présence sur ces routes montre qu’ils ont tout compris à l’art du voyage. Ils roulent doucement, mais c’est parce qu’ils regardent le paysage, et qu’ils savent qu’il leur faudra attendre un an pour en voir à nouveau d’aussi beaux. Ils ne téléphonent jamais au volant, et conduisent aux rétroviseurs : quand ils vous voient arriver avec votre monstre gorgé de chevaux, c’est tout juste s’ils ne se mettent pas dans le bas-côté pour vous laisser passer.

Décidément, oui, j’aime bien les Hollandais.

> Voir aussi
Pas de photo !

Illustration d’origine Wikipedia.

Publicités
Cet article, publié dans Billets, est tagué , , , . Ajoutez ce permalien à vos favoris.

Un commentaire pour Les Hollandais

  1. Etienne dit :

    Sur les routes blanches et jaunes de bibendum, il y a aussi les cyclistes. Je les aime bien les cyclistes je me sens quelque fois plus proche d’eux que des motards.
    a) je leur emprunte leurs circuits sur les sites de cyclotourisme
    b) ce sont les seuls que je double sur la route
    c) ils me doublent dans les descentes de cols

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s